Méthode ALSO

Allô, ici ALSO !

"L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte". Cette citation que l'on attribue à CONFUCIUS laisserait à penser que chacun doit mener ses propres expériences pour trouver sa voie et, pour ce qui nous occupe, en matière de placements financiers. Même si cela semble généralement avéré, je souhaite vous faire part de ma longue expérience de boursicoteur qui remonte à l'apparition de l'indice CAC 40 en juin 1988, suite au krach survenu en octobre 1987. J'ai tout essayé : l'or, les devises, les matières premières, les actions, les warrants, les trackers etc...

 
J'en ai tiré la leçon principale suivante : Pour gagner de l'argent, il faut concentrer son énergie sur un seul instrument financier qui par essence soit diversifié. J'ai personnellement choisi l'indice CAC 40, connu de tous et pouvant être tradé en utilisant notamment les CFD, les trackers ou un fonds support CAC 40 répliquant l'indice et placé dans un contrat d'assurance-vie. Quels sont les facteurs qui m'ont conduit à adopter une telle démarche ? En premier lieu, la fiscalité sur les plus-values boursières. En second lieu, mon expérience non concluante sur les actions puisque je n'ai jamais réussi, sur longue période, à retirer un gain significatif (les grosses plus-values sur certains titres étant souvent laminées par des pertes tout aussi sérieuses sur d'autres titres !). Enfin, la constatation que la meilleure façon de trader en éliminant au maximum le facteur stress inhérent à cette activité consistait à combiner les risques encourus en jouant à la fois sur le très court terme, le court terme, le moyen terme et le long terme.

EXPOSÉ D'UNE MÉTHODE GLOBALE REPOSANT SUR TROIS PIEDS :

Pour le long terme, il convient de détenir un contrat d'assurance-vie multisupports en gestion libre et donc à gérer soi-même . Doivent obligatoirement y figurer un fonds en euros ainsi qu'un fonds répliquant fidèlement la variation de l'indice CAC 40 sans effet de levier. Il faut impérativement le choisir auprès d'une banque en ligne qui accepte les arbitrages gratuitement avec effet du jour à la clôture, (intervention avant 16h00 en général) ce qui permettra de passer du support EURO au support CAC et vice-versa autant de fois qu'il semblera nécessaire en cours d'année.

Pourquoi l'assurance-vie ? Tout simplement parce qu'il s'agit d'un placement à long terme attrayant à tous points de vue : faible fiscalité (15,50% de contributions sociales et 7,50% d'imposition des plus-values après abattement de 9 200, 00 € par an pour un couple marié ) et un outil de transmission à ses enfants ou même à un tiers quelconque (abattement de 152 500, 00 € par bénéficiaire en cas de décès).

Pour le moyen terme, être titulaire d'un PEA est indispensable : on n'y intégrera que des trackers tels LVC et BX4 qui répliquent l'indice CAC 40 respectivement à la hausse et à baisse avec effet de levier (2 environ). Le LVC sera l'élément servant à la fois de fond de portefeuille et de véhicule spéculatif comme il sera explicité ci-après. Quant au BX4, il ne sera présent dans le PEA que ponctuellement lorsqu'on anticipera un marché très volatil et susceptible d'ouvrir en gap baissier à très brève échéance. En effet, ce tracker est à manier avec une extrême précaution (voir sur internet : le beta-slipping : l'ennemi du BX4) et sa présence dans le portefeuille ne doit pas excéder quelques jours ! En période ''normale'' il conviendra d'hedger le LVC (pour réduire son PRU) qui doit normalement être destiné comme dit précédemment à servir de fond de portefeuille.

Pourquoi un PEA et non un compte-titres ordinaire ? Ainsi, vos gains en capital seront beaucoup moins lourdement taxés. Et ce sera encore plus vrai à compter de 2013 puisqu'ils seraient imposés au même titre que des salaires au barème progressif de l'impôt sur le revenu. Si votre tranche marginale se situe par exemple à 30 %, vous devriez acquitter, après d'éventuels abattements pour durée de détention, une imposition totale de 45,50 %. Au contraire, dans le cadre du PEA, ils ne subiront, après cinq ans de détention, que les cotisations sociales à hauteur de 15,50 % !

Pour le court et très court terme voire le scalping, ouvrir un compte pour CFD semble le plus adapté eu égard aux conditions financières de négociation (absence de courtage : l'intermédiaire se rémunérant sur le spread). Les cfds sur indice ( France 40 ) sont donc les plus adaptés pour ce genre d'exercice qui réclame une très grande disponibilité et un minimum de connaissances graphiques et techniques. Sur ce chapitre , Bagi ne manquera pas de vous apporter son savoir-faire et ses compétences.

EXPOSE D'UNE MÉTHODE GLOBALE DESTINÉE A OPTIMISER LES GAINS TOUT EN MAÎTRISANT LES RISQUES :

Dans cette optique, il convient de s'efforcer de réaliser le maximum de profits sur le contrat d'assurance-vie et le PEA où ils seront moins taxés. Si des risques doivent être pris, ils le seront en priorité sur le compte CFD puisque les gains y sont lourdement taxés et les moins-values reportables sur les dix années suivantes.

Le cœur de ce dispositif, tout logiquement, est donc le PEA sur lequel l'objectif minimum consiste à obtenir une performance égale à celle de l'indice CAC 40. Ce que, sur le long terme, peu de gérants de portefeuilles professionnels réalisent. Pour cela, je me cale au 31 décembre sur un PEA investi à hauteur de 50% en LVC et liquide pour l'autre moitié. De cette manière, on a une exposition à l'indice CAC 40 à peu près égale à 1 (en fait supérieure car des dividendes seront intégrés dans la valorisation du tracker au fur et à mesure du détachement des coupons des sociétés composant l'indice phare français).

Ensuite, ma seule préoccupation (pas de cotation d'action à suivre) consistera à tenter d'anticiper les mouvements significatifs du CAC 40. Il suffira alors d'augmenter le coefficient d'exposition à 1,10 ou 1,20 ou 1,50, etc... dans les phases haussières et de le réduire à 0,9 ou 0,8 ou 0,5, etc... au cours des phases baissières.

En parallèle, il conviendra de procéder à des arbitrages successifs tout au long de l'année, par 1/8ème soit 12,50% du capital investi en assurance-vie, en faveur du support fonds CAC 40 en cas de détection de début d'un cycle haussier et en faveur du support fonds EURO lorsqu'on estimera que la phase haussière semble arrivée à son terme. Avec un peu de réussite, vous améliorerez sensiblement le rendement de votre contrat d'assurance-vie de quelques pour-cents. 
 
Quant au compte CFD, il permettra de s'adonner à l'intraday et au scalping à titre beaucoup plus spéculatif en ayant l'esprit d'autant plus serein que l'on saura que l'essentiel de la performance sera assurée par le contrat d'assurance-vie et le PEA. Pour réussir cette activité à haut risque, je vous invite à suivre les travaux de Bagi qui ne manqueront pas de vous apporter, j'en suis persuadé, une aide précieuse à la prise de décision.
 
Le décor est maintenant planté, c'est à vous de jouer !
 

Retrouvez l'historique des positions d'Also :

Forum de Boursikoter.com et la mise à jour par Louis 51 du 04.01 au 12.04.2013 : lien 
Depuis le 15.04.2013 dans la section Also au jour le jour : lien 
Et en direct à la cloture sur notre Turtle Tchat : lien

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 

Creative Commons 2013-2015   |  Mentions légales   A propos  |  Dons  |  Disclaimer  |  PJ  |  Tous droits réservés

ccmini.jpg       ccmicro.jpg    

 

                                                                                                                                                                       

 

Sites partenaires  
 atcac.jpg       trado-1.jpg    ikiu.jpg    fsc.jpg   

 echo.jpg    

 le-monde-de-la-bourse-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site